Agence MATAHARI | [Lancement presse] Gum, pleins feux sur le microbiote… buccal !
1529
post-template-default,single,single-post,postid-1529,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,footer_responsive_adv,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

[Lancement presse] Gum, pleins feux sur le microbiote… buccal !

[Lancement presse] Gum, pleins feux sur le microbiote… buccal !

Votre mission si vous l’acceptez…

Organiser un point presse, sur un thème passionnant mais ô combien méconnu par les journalistes : le microbiote buccal, le cousin éloigné du microbiote intestinal, la star de la famille des microbiotes, toujours sous les projecteurs.

La stratégie Matahari :

Viser la qualité et l’échange, en petit comité, autour d’un déjeuner presse. Un moment de partage autour de l’intervention d’un expert reconnu, Dr. Catherine Bisson, Docteur en chirurgie dentaire, Maître de conférences des Universités et Praticien Hospitalier, venu éclairer les journalistes sur le microbiote buccal, les maladies parodontales et leur lien avec le diabète, trouble de santé grand public.

 

L’esprit Matahari : Créer de l’intérêt pour les journalistes.

« Faites quelque chose de simple, de mémorisable, d’agréable à regarder et d’amusant à lire » Léo Burnett

 L’hygiène bucco-dentaire n’est pas un sujet qui passionne les foules. Et pourtant… la bouche est la porte d’entrée de notre organisme. Comment attirer des journalistes sur une thématique relayée au second plan ? En proposant des angles d’attaque différents et susceptibles de plaire aux lecteurs… et donc aux journalistes. Comme un « Le saviez-vous ? » Saviez-vous que le diabète, cette maladie qui touche près de 4 millions de Français a un lien direct avec le déséquilibre du microbiote buccal ?  Saviez-vous que les maladies parodontales, comme la gingivite ou la parodontite, toutes inflammatoires… concernent 80% de la population ? L’éclairage d’un expert permet ainsi de répondre à toutes les questions générales ou plus particulières des journalistes de la presse santé et féminine, lors de la conférence bien sûr, mais aussi, et surtout, plus tard dans l’année.